Accueil » Actualités-> Festival Jazz à Saint Rémy

Festival Jazz à Saint Rémy - Office de tourisme de Saint-Rémy de Provence

Jazz à Saint Rémy 2016

SALLE DE L’ALPILIUM 

Les 15, 16 et 17 septembre à l'Alpilium de Saint-Rémy.
3 grandes soirées cette année.

page-facebook-festival-jazz-saint-remy-de-provence-2015
Tarifs: 20/25 € / Pass 3 soirs: 60 et 45€
Réservations:
Office de Tourisme Saint Rémy de Provence: 04 90 92 05 22

Fnac, Carrefour, Géant, Super U

 

EMILE PARISIEN / VINCENT PEIRANI
JEUDI 15 SEPTEMBRE - 20H30 - ALPILIUM
EMILE PARISIEN saxophone
Prix D. Reinhardt 2013 décerné par l’Académie du Jazz, Artiste de l’année aux Victoires du Jazz 2014

 

VINCENT PEIRANI accordéon
Révélation 2014 et artiste de l’année 2015 aux Victoires du Jazz

 

Vincent Peirani et Émile Parisien partagent la même passion pour les cascades sonores étourdissantes, gardent une oreille ouverte sur tout ce qui est musicalement excitant dans quelque style que ce soit, ont le même désir d’improviser, affranchis de toutes contraintes techniques, comme lorsqu’ils jouent ensemble au sein du quartet de Daniel Humair. 

A partir de là, ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’ils ne signent un projet ensemble : c’est donc chose faite avec cet album “Belle Epoque”, qui marque le début de Parisien sur le label ACT.

Au départ, cela devait être un hommage à Sidney Bechet, le maître incontesté du saxophone soprano, résident à Paris. “Egyptian Fantasy” de Bechet, que les deux musiciens transforment en vivant echo du passé : Peirani avec un brillant contrepoint à l’accordéon et Parisien avec une mélodie légère. “Song Of The Medina (Casbah)” de Bechet passe d’une méditation éthérée et chatoyante, d’un dynamisme extatique, tout comme le “Temptation Rag” d’Henry Lodge juste avant sur l’album, à une nouvelle joute musicale. Ils vont un peu plus loin en ajoutant deux compositions de chacun d’eux et le “Dancers In Love” de Duke Ellington qui clôt l’album “Belle époque”.




DANIEL MILLE QUINTET

JEUDI 15 SEPTEMBRE - 20H30 - ALPILIUM
Astor Piazzola

 

Daniel Mille accordéon
G. Korniluk violoncelle
P. Colomb violoncelle
F. Deville violoncelle
D. Imbert contrebasse

Daniel Mille est un musicien jazz exigeant, curieux, aux collaborations prestigieuses, qui sait mieux que personne sculpter silences et voix intérieures avec son accordéon funambule. Accompagné par trois violoncelles et une contrebasse, il a consacré un album de reprises à l’intouchable Astor Piazzola.

Le résultat est à la hauteur du défi : exceptionnel ! Une plongée dans le répertoire intemporel, sensuel et colossal de celui qui a transcendé le tango argentin, entre musique savante et populaire. Un concert hommage d’œuvres atmosphériques et peu connues, où le jazz côtoie le tango, sublimé par l’instrumentation à cordes et des arrangements brillants. Un moment de grâce et d’intensité, magistral et modeste, comme le maestro !




HUGO LIPPI QUARTET

VENDREDI 16 SEPTEMBRE - 20H30 - ALPILIUM
Hugo Lippi guitare
Alain Jean Marie Piano
Sylvain Romano bass
Mourad Benhammou batterie

 Né en 1977 en Angleterre, Hugo Lippi débute la guitare à l'âge de dix ans et devient professionnel à dix sept ans en se produisant dans divers clubs de la région Normande. Il a alors l'occasion de jouer avec des musiciens tels qu’Alain Jean-Marie, Emmanuelle Bex, Simon Goubert, Jerome Barde, Siegfried Kessler, Marc Fosset, Mourad Benhammou…

 

 A 20 ans, il s’installe à Paris et rencontre rapidement les jeunes musiciens qui forment le collectif des Nuits Blanches du Petit Opportun. Quelques années suffiront à faire de lui l’un des guitaristes incontournables de la scène parisienne. Il se produit dans de nombreux festivals français et européens aux côtés de musiciens tels que Florin Niculescu, René Urtreger, Eric Legnini, Christian Escoudé, André Ceccarelli, Sarah Lazarus, Stéphane Belmondo, Julien Lourau, Joe Cohn, Sylvain Luc, David Lynch (pour son film Inland Empire), Pierrick Pedron, Rick Margitza, Patrick Artero et beaucoup d'autres… Hugo est membre permanent du Fabien Mary 4tet et de l'orchestre du Duc des Lombards.


En 2008, il enregistre l’album "Who Cares" pour le label Elabeth. Ce premier disque sous son nom, avec Florent Gac à l’orgue et Mourad Benhammou à la batterie, a été salué par la critique jazz et le public.
En 2014, il enregistre l'album "Up through the years" avec Alain Jean-Marie au piano, Sylvain Romano à la contrebasse et Mourad Benhammou à la batterie.





STEPHANE BELMONDO TRIO
VENDREDI 16 SEPTEMBRE - 20H30 - ALPILIUM
LOVE FOR CHET

 

Stéphane Belmondo trompette
Jesse Van Ruller guitare
Thomas Bramerie contrebasse

 

Le jazz est une musique de filiation, où l’on s’invente des pères et des mères spirituels où le jeu des influences dessine des généalogies complexes et multiples. Or, parfois, le hasard donne un coup de pouce au destin et provoque des rencontres qui ont valeur d’adoubement ou d’adoption symbolique. C’est ce qui est arrivé à Stéphane Belmondo. C’est ce dont il se souvient magnifiquement aujourd’hui en musique.

L’histoire remonte aux années 1980, quand Stéphane Belmondo, jeune homme à la trompette monté de son Sud natal, habitait les clubs de la capitale de manière quasi quotidienne. Un soir qu’il joue au Palace, un lieu désormais disparu, Chet Baker vient l’écouter, comme font les jazzmen, l’air de rien, d’une oreille faussement distraite. Mais à l’issue de sa prestation, Chet l’invite à venir jouer le lendemain à ses côtés sur la scène du New Morning.

Là, le jour d’après, il le présente à son public comme le trompettiste le plus prometteur du continent européen, avant de lui laisser longuement la scène. De cette rencontre suivront de longues conversations en tête-à-tête et des bœufs nocturnes au gré des passages de Chet à Paris, qui ne s’achèveront qu’avec sa disparition tragique, quelques mois plus tard, à Amsterdam, en 1988.

Entre-temps quelque chose s’était lié entre les deux hommes, qui excède les mots et ne peut s’exprimer qu’en musique… De l’amour, oui, comme entre père et fils, qui prend la forme d’un disque : « Love For Chet ».




ANTOINE HERVIER TRIO INVITE DIDIER LOCKWOOD
SAMEDI 17 SEPTEMBRE - 20H30 - ALPILIUM
D. Lockwood violon
A. Hervier piano
P. Souriau contrebasse
T. Lange-Berteaux batterie

DIDIER LOCKWOOD

« 50 ans au violon dont 40 en totale liberté, 40 ans de carrière jalonnés par des rencontres et des expériences plus incroyables les unes que les autres. Il me fallait pour cela ne jamais quitter la crête de la vague et surfer sur l’écume de la vie, à la limite du parfait déséquilibre tel un aventurier du vivant. Quitter à tout prix les habitudes et s’éloigner des rivages enmouettés.

Il n’y a rien de pire pour un artiste que de se répéter comme le chien se mord la queue, sans même se rendre compte que c’est la sienne. Les écueils sont légion dans cette traversée onirique et le chant des sirènes du succès tend, en nous poussant à vouloir plaire à tout le monde, à nous faire perdre le nord et à nous précipiter dans l’abîme narcissique du regard de l’autre… Se surprendre jusqu’à presque se perdre pour pouvoir mieux se retrouver, et bâtir en éternel apprenti des châteaux de cartes chancelants s’élevant vers la lumière de l’instant présent.

Chacun de ces présents sera pour mes prochaines 40 années de carrière mon plus cher cadeau, une source nouvelle d’expérimentation et j’espère de constante prise de plaisir, pour toujours mieux aimer et transmettre ma joie de participer à cet incroyable défi qu’est la vie. Bien des pages se sont tournées, des grands moments de vie mais aussi des petites morts pour toujours tel le Phénix mieux renaître de ses cendres. Merci à vous toutes et tous qui m’accompagnez si chaleureusement depuis si longtemps dans cette quête aux chemins détournés, toujours prêts à vous laisser surprendre » Didier Lockwood.




Un trio de choc !
Antoine Hervier réalise des arrangements de haut vol pour son trio, il possède une personnalité, un phrasé riche et inventif, une réelle maîtrise et un son qui n’appartient qu’à lui. Le trio sonne, il produit une musique pleine de sensibilité, émouvante, tonique et surprenante qui laisse au public après chaque concert une très forte émotion.

Antoine Hervier se promène inlassablement sur toutes les scènes où le jazz règne en maître avec ses deux trio : Antoine Hervier Trio version piano etAntoine Hervier Trio version orgue Hammond. Dans ces deux formations, il est accompagné par Guillaume Souriau à la contrebasse et Thierry Lange Berteaux à la batterie.

Ces deux trios ont la possibilité de se produire avec des invités, « Audios – Concerts live – Antoine Hervier Trio version orgue Hammond »). Le programme est constitué d’un savant mélange des compositions d’Antoine Hervier et de morceaux phare du répertoire jazz.

 


Rens et résa. jazzasaintremy.fr et 06 83 47 50 65

Apéros Swing !:
Pendant le festival des groupes de musiciens animeront gratuitement les places et cafés de la ville. Tous les soirs de 19h00 à 20h00 apéro dînatoire sur le parvis de l' Alpilium